Ceci est une ancienne révision du document !


ISS2016 : Informations Spatialisées Sémantisées

Porteur: Pascal Dayre, Yves Auda

Constat, état des lieux, motivations

Ces dernières années, la géographie numérique a fortement évoluée. La direction européenne INSPIRE à pousser à l'interopérabilité et au partage des données spatialisées coûteuses à acquérir. Les Systèmes d'Information Géographique (SIG) se sont architecturés passant ainsi du statut de simple application mono-utilisateur et mono-poste en de véritables systèmes d'information distribués sur l'internet permettant la mise en œuvre du partage et de la valorisation des données entre les disciplines scientifiques et aussi à destination du monde socio-économique. Il est bien entendu que cette évolution est source de mutualisations et de collaborations nécessaires à la mise en place de projets de plus en plus complexes et rend possible par ailleurs, l'émergence de nouveaux objets de recherche. Ces aspects ont été couverts par l'ANF IDS2014 (http://devlog.cnrs.fr/ids2014) qui a montré qu'il y avait une communauté nationale inter-disciplinaire sur le sujet. 70 personnes de divers organismes (CNRS, INRA, IRSTEA, IRD, MERCATOR, …) ont étudié sur 3 jours la compréhension de cette évolution, les solutions existantes, la mise en œuvre des Infrastructures de Données Spatialisées (IDS) et leurs utilisations pour l'analyse et la valorisation et le traitement des données par la mise en place de solutions standardisées autour d'une architecture de services web de cartes (WMS), d'objets géographiques (WFS) et de traitements en ligne (WPS).

Les données spatialisées sont donc au cœur de nombreux domaines scientifiques et permettent souvent de les articuler. La première édition en a montré l'importance du sujet pour l'interdisciplinarité. Cette articulation entre les disciplines se heurte néanmoins à des verrous technologiques, méthodologiques et organisationnels: Les solutions existantes intègrent peu ou pas du tout les évolutions actuelles des technologies de l'information et de l'internet à savoir:

  1. les nouvelles solutions de bases de données propre au « big data » pour faire court (cf. http://devlog.cnrs.fr/jdev2015/t3 pour plus d'information sur le sujet)
  2. la sémantisation des données (web sémantique, web des données) afin de favoriser leur agrégation, l'utilisation entre disciplines, de nouvelles pratiques la conduite de nouveaux types analyses évoluées et leur interprétation par des automates afin d'assurer leur acquisition, leur pré-traitement et traitement, leur stockage et leur diffusion et utilisation via des infrastructures suivant les recommandations de la RDA ( https://rd-alliance.org/).

De plus, le besoin de compréhension de ces problématiques et solutions est grandissant car tout projet européen devra proposer un plan et une solution d'infrastructure pour ses données pour être accepter.

Quelques idées pour le programme

  • Etude de l'architecture des Systèmes d'Information Géographique (SIG, base de données indexée par des objets spatialisés) et des Infrastructures de Données Spatialisées (IDS)
  • Les analyses spatialisées usuelles et les nouveaux besoins d'analyse et de pratiques autour de la géographie numérique (drônes, openstreetmap, …)
  • Les architectures SOA (Service Oriented Architecture)et ROA (Ressource Oriented Architecture) de l'internet. Etude du standard de la géographie numérique OGC (intérêt, limitations et évolutions)
  • Le web sémantique et les bases de données sémantiques (RDF-RDFS, OWL, SparQL, Jena, …)
  • Modélisation de son domaine. Articulation avec les domaines déjà modélisés (Protégé, …)
  • Cas d'étude généraux et à sa propre problématique
  • Etude des solutions techniques
  • Mise en place technique et organisationnelle d'une solution

Public (typologie, nombre)

  • 25 CNRS : Des personnels ayant à mener une étude spécifique ou devant mettre une solution se heurtant aux verrous pré-cités (techniques, méthodologiques, organisationnels) (il sera demandé aux participants d'exposer leurs problématiques. Cela sera une mode de sélection des candidats)
  • d'autres personnels d'autres organismes en fonction de leur contribution (INRA, IRSTEA, IRD, …). Cette ANF se ferait en fin d'année 2016, ce qui laisse plus d'un an de préparation).

Questions pour le dossier ANF

  • Situation à laquelle la formation apportera une réponse ou qu’elle contribuera à faire évoluer:
    • Résolution totale ou en partie du verrou de la sémantisation de l'information spatialisée. Pour l'instant la sémantisation des données (web des données, …) n'a que peu d'impact sur la géographie numérique et les possibilités d'analyses afférentes.
    • Cette formation aidera les participants à faire une veille technologique très complète et à faire le point sur leurs projets
  • Sur quels constats pensez-vous vous appuyer à la fin de la formation (a court ou moyen terme) pour pouvoir dire que l’action aura été réussie ?

Par un questionnaire en fin de formation (évaluation à chaud) et un questionnaire différé de un ou deux ans (évaluation à froid)

  • Objectifs principaux de la formation :
    • le point sur les analyses géographiques
    • Rappel sur l'organisation technique des SIG, des IDS, de l'OGC
    • Les bases de données et le WEB sémantique
    • Mener une étude de cas: modéliser son domaine scientifique
    • Mise en oeuvre des nouvelles possibilités des analyses sémantiques
    • Développement et mise en oeuvre de nouveaux outils
 
manifestations/boite_a_idees/iss2016.1440678454.txt.gz · Dernière modification: 2015/08/27 14:27 par pascal.dayre@enseeiht.fr
 
Recent changes RSS feed Powered by PHP Powered by Pxxo Driven by DokuWiki